Vie sociale des étrangers

On les appelle les sans-papiers car ils n’ont pas un permit ou visa leurs autorisant de rester dans un pays étranger. Ce nom au départ est mal placé car beaucoup de ces étrangers en cause avaient des papiers comme visa ayant un séjour bien limité. Une fois que ces visas arrivent en terme on leur refuse de les renouveler. Pour ce faire, ils prennent le risque de rester illégalement. Alors comprenez que si la majorité de ces étrangers n’ont pas les papiers, c’est à cause de cette situation. C’est il serait mieux d’opter à l’appellation des étrangers illégaux que des sans-papiers.

3ef5de25-54c3-4e4e-9ad8-055e4fa6dbf0Cette situation fait de sorte que les autorités ne cèdent pas à ces associations d’autant plus que quand on délivre l’autorisation de séjour à un étranger cela entraine des conséquences financières importantes. Cette situation des étrangers sans-papiers se détériore à tel point que les citoyens du pays sont obligés à présent de se munir avec une multitude de papiers (permis de pécher, assurance maladie, assurance de l’automobile, la carte grise, le permis de conduire…Quant aux français qui préparent leur retraite doivent se munir de tous ces papiers de peur d’être sanctionné de leur droit. Faites comme beaucoup d’autres étrangers, tentez votre chance en jouant sur casino, visitez www.casinofrancaisonline.fr pour plus d’information. Depuis un certains beaucoup d’étrangers ont commencé à utiliser les enfants pour bénéficier de certains droits que les gouvernements offrent aux enfants. Dans les pays organisés, il y a un service de la police de l’immigration pour veuillez sur la circulation des étranger respectueux. Il a été difficile de répertorier le nombre de sans-papiers compte tenu de l’irrégularité de leur présence.

Mondassur_expatriation_friendsSaviez-vous les différentes sortes d’inégalité que subissent les sans-papiers à l’étranger ? D’abord au niveau de la justice, le séjour irrégulier est un délit en France contrairement à d’autres pays européens. Ceci explique également l’augmentation des nombres des étrangers dans les prisons. Dans la plupart de cas, beaucoup sont arrêtés ayant comme peine l’interdiction du territoire ou l’arrêté d’expulsion. Imaginez par exemple le cas de la rétention des sans-papiers gérés par la police sans procès.  La durée normale de cette rétention est de 32 jours et au-delà.  Ceux-ci peuvent être libérer avec intention de retourner encore ultérieurement en détention.